Le ministre Claude Guéant aurait tenu ce week-end un propos selon lequel les civilisations ne se vaudraient pas. Aussitôt d'innombrables personnalités de gauche ont poussé des cris d'indignation, qualifiant ce propos de "xénophobe", "inadmissible", "provocation pitoyable", "d'abject retour en arrière de 3 siècles". 

Admettons que ce propos soit un appel du pied à ... qui vous savez, admettons! En ce cas, comment expliquer que ceux-là mêmes qui s'indignent fassent autant de buzz autour d'un propos qu'ils réprouvent et vilipendent? En ce qui me concerne, très naïvement, lorsque je juge un propos déplacé ou inconvenant, je me dépêche de ne pas le relayer, de ne pas lui faire une publicité imméritée. Nul n'aurait songé à ... qui vous savez, si autant d'indignation ne s'était exprimée, relayée par autant de médias, de journalistes, de commentateurs!

Il y a quelque chose qui m'échappe dans cet événement. Ceux-là mêmes qui s'indignent ne nous auraient-ils pas tout dit? Eux-aussi feraient-ils un appel du pied? 

Décidément, ... "qui vous savez" ne fait peut-être pas les intérêts de ceux qu'on croit!