Ce n'est pas le moindre paradoxe du libéralisme que de vouloir réduire la sphère d'influence de l'état et, dans le même temps, d'avoir besoin d'un état (fort) pour garantir et contrôler l'indispensable régulation des marchés.