Le gouvernement s'apprête à examiner un projet de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution, tandis que 343 

Francois_Villon_1489

"salauds" signent un manifeste sur le site de Causeur (http://www.causeur.fr/le-manifeste-des-343-salauds,24825#) et que j'exhume cette épître "anonyme" qui n'est pas sans rappeler la "ballade des pendus" d'un certain François de Montcorbier dit Villon

 

 

 

Frères humains qui après nous venez,

N’ayez les cœurs contre nous endurciz !

Car si, des oiseaux, le babil entendez

Et, de joie, les yeux avez rempliz,

De nos lignées  n’êtes pas moins sortiz !

Vous nous voyez, cloués au pilori,

Accusés de trousser

Dames de petite vertu et belles de nuit.

A notre dol nul ne peut se résouldre,

Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre.

 

Si, frères lointains, votre clémence implorons,

De nous n’ayez dédain, quoique soyons punis.

Justice nous tourmente tels vils barbons

Qui usent de ribaudes avec violence et pis.

Nous, rêvons de dames du temps jadis

Etendues en couches parfumées de lys,

Même si, parfois, cherchons oubli,

En bras éphémères et lieux gris,   

Afin, en solitude, ne pas nous dissouldre.

Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre.

 

Frères humains, qui vers l’empyrée

Elevez vos yeux ébahis,

Entendez notre supplique bâillonnée.

Quand aurons couilles taxées et flétries,

Nulle dame de nous n’aura merciz.

Ayez grande méfiance des bigots et nervis,

En Carlton ils foulent moquettes feutrées,

Tandis que justice, aveugle, se drape en déni.

Avec inquisiteurs aurez à découldre,

Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre.

 

Frères couillus, 343 avons clamé,

Mais légions, de crainte, restent tapies.

Amours galantes et petites vertus, en charpies

Seront dépecées par bigots et harpies.

Temps obscurs s’apprêtent à nous mouldre !

Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre.