dieudo

Dieudonné est grossier, irrespectueux, mais talentueux, ceci n'excusant pas celà. En 1765, en Picardie, trois jeunes freluquets s'illustrèrent par quelques blasphèmes que l'Eglise et le pouvoir entendirent réprimer avec la dernière sévérité. La liberté d'expression n'avait pas alors cours. On embastillait pour une plaisanterie ou une irrévérence! Voltaire s'interposa. On connaît son mot resté fameux: "je ne suis pas d'accord avec vous, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire". En Picardie, Voltaire sauva deux têtes, la troisième périt de façon atroce. C'était celle du Chevalier de la Barre. Nous étions alors à la fin de la monarchie!

Madame Taubira est garde des sceaux, mais publie dans le Huffington une tribune d'une rare violence( lien ci-dessous). C'est déjà une chose surprenante qu'une garde des sceaux étalât ses opinions au grand jour, comme le ferait un éditorialiste. La garde des sceaux, croyais-je, est avant-tout garante du fonctionnement de la "justice" (métonymie par laquelle on désigne les institutions judiciaires promulgant des jugements de droit). A ce titre, madame Taubira sort de la réserve naturellement attachée à sa fonction.  Avec elle, la "justice" court le risque de partialité!

Que dit en substance madame Taubira? Qu'avec Dieudonné, la démocratie serait parvenue à l'extrême limite du tolérable! Selon elle, Dieudonné menacerait la France du retour d'un fascime semblable à celui de l'Allemagne de 1933, qu'elle évoque non sans lyrisme indigné. "Comment faire face à cette nouvelle épreuve pour la démocratie?" dit-elle, feignant la coupable indulgence. Cette seule menace justifie à ses yeux un sursaut de la démocratie: "... elle doit être capable de se défendre. La liberté d'expression doit demeurer le principe. Ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies. Ce qui relève du débat public doit être débattu. Ce qui relève de la Justice doit être sanctionné. Ces ignominies sont des délits. Elles sont matière pour la Justice".

Les "provocations putrides (d'un Dieudonné) testent la société, sa santé mentale, sa solidité éthique, sa vigilance. Il nous faut y répondre, car la démocratie ne peut se découvrir impuissante face à des périls qui la menacent intrinsèquement. Il faut donc descendre dans l'arène, disputer pied à pied, pouce par pouce l'espace de vie commune, faire reculer cette barbarie ricanante, la refouler, occuper le terrain par l'exigence et la convivialité" dit-elle encore. Quant à ceux qui auraient le malheur de "s'esclaffent devant le talent stérile" de Dieudonné, la ministre les voue aux gémonies du crétinisme. Ils ne sont "qu'esprits irresponsables ou incultes ou pervers ". Qu'on se le dise!

Madame Taubira demande rien moins que la création d'un instrument juridique de répression de "l'ignominie". Elle demande, en quelque sorte que l'on applique à Dieudonné la sévérité subie par le chevalier de la Barre, oubliant en cela la plus élémentaire leçon de Voltaire. A quoi pense-t-elle? Une loi martiale? Une cour de justice discrétionnaire, flanquée d'une police politique, laquelle ne serait pas sans rappeler les tristement célèbres Stasi ou KGB? 

Qui cependant définira ce qu'est l'ignominie? Dieudonné oeuvre-t-il vraiment pour le retour des "heures les plus sombres" comme tente de nous le faire croire la ministre? Ailleurs, d'aucuns (nombreux) trouvent ignominieux les blasphèmes proférés à l'encontre des représentations chrétiennes (Avignon, ou encore les spectacles de Costelucci donnés au théâtre - subnevtionné - du Rond-Point).  Evoquons encore l'insupportable dérision - ignominieuse - dont le monde politique fait l'objet de la part des "guignols de l'info", dérision qui décrédibilise la politique - et donc la démocratie. Ces ignominies (non répertoriées mais patentes) feront-elles l'objet de la même sévérité de la part de madame Taubira?

La liberté d'expression, je le crains, ne se découpe pas en tranches, en quartiers ou en morceaux! A vouloir le tenter, madame Taubira n'ouvre-t-elle pas une boîte de Pandore dont elle ne soupçonne pas les dangers? Et que penser d'un état dont les représentants élus passent leur temps à se mêler de débats de société que la démocratie leur impose de garantir en impartialité?  

 

ci-contre le lien sur l'article de mme Taubira: 

http://www.huffingtonpost.fr/christiane-taubira/christiane-taubira-dieudonne_b_4534918.html?utm_hp_ref=fb&src=sp&comm_ref=false