200px-Yordan_Radichkov

Je me peux m'empêcher de produire ici une citation de Yordan Raditchkov (écrivain bulgare né le 24 octobre 1924 et mort le 21 janvier 2004, auteur de l'oeuvre la plus emblématique de la littérature bulgare) que cite Marie Vrinat dans un trop discret essai sur la littérature bulgare (lien: http://litbg.eu/litt-rature-bulgare.html).

 

 

 

 

 

Yordan Raditchkov:"L'oncle Gavril se débrouillait fort hardiment avec toutes sortes de mots, je ne me souviens pas d'un mot qui lui ait fait peur, aussi inconnu fût-il. A la vue du mot inconnu et étrange, tous les autres étaient saisis ou bien passaient le long de lui sur la pointe des pieds, comme si ce n'était pas un mot mais une couleuvre, une vipère lovée perfidement dans l'herbe. L'oncle Gavril, lui, attrapait hardiment le mot par la queue, fendait l'air avec lui et l'intégrait de telle manière à son discours, qu'il s'y figeait et y restait pour l'éternité. Beaucoup plus tard, j'ai compris qu'il donnait une âme à chaque mot, l'apprivoisait, le prenait sous sa protection ou bien se mettait lui-même sous la protection du mot avec confiance."