une nouvelle de Roland Goeller.

short stories2

"Amalia tendit la main vers le paquet de cigarettes et donna un petit coup sur le fond puis songea, c’est déjà la troisième. De mauvaise grâce, elle reposa le paquet et prit un des magazines posés sur la table. Une fois par semaine, elle entrait au bureau de tabac pour en faire la provision, ses lectures d’après-midi, quand Sarah était à l’école. Elle parcourut plusieurs articles mais elle n'eut pas assez de patience pour aller au-delà du deuxième paragraphe. Le portable fit entendre les premières mesures de Grease. Elle reconnut le numéro et se dit, encore, trois fois par semaine dorénavant, pire que les relances de la part des centres d’appels. Elle répondit cependant et parvint à donner à sa voix une tournure aimable. C’était monsieur Reynolds. Monsieur et madame Reynolds mais, la plupart du temps, monsieur se chargeait d’appeler. Très bien, répondit-elle à la question de savoir si elle allait bien, je vous remercie. Les Reynolds prenaient régulièrement de ses nouvelles, ils voulaient savoir. Le docteur Steinmetz avait dit que c’était une attitude normale, elle ne devait pas s’en formaliser. Elle ne s’en formalisait pas du reste, elle prenait sur elle, de surcroît les appels n’étaient jamais très longs. Monsieur Reynolds était un homme bien élevé."

 

Pour lire la suite: http://www.short-stories-etc.com/numeros/septembre/

 

"Amalia", une nouvelle publiée dans le numéro de septembre du magazine littéraire SHORT STORIES, lequel chaque mois propose un recueil de nouvelles de différents auteurs.. 

"Amalia" met en scène le personnage une femme engagée dans une expérience qu'elle voulut croire anodine et sans conséquence, et dont, à mesure que temps passe, elle prend conscience du caractère absolument dramatique. 

SHORT STORIES, un magazine entièrement électronique, avec des formules d'abonnement très attractives, pour votre plaisir de lire, et pour permettre à la littérature d'exister entre les blest-sellers formatés, les CR-ROM, et les affaires de coeur du personnel politique!

A vos tablettes!