moliere

Pourquoi nous intéresser au personnage d'Agnès et, selon nous, à son improbable innocence ? Et tout d'abord qui est Agnès?

Que les lecteurs lettrés me pardonnent ce billet qui ne sera pas sans leur rappeler leurs années de lycée, au cours desquelles un jeune agrégé leur aura transmis cette maladie virale qu'est la littérature, mais - en ces temps actuels d'égalité performante où, dans le but avoué de ne pas "stigmatiser", les descendants des "Lumières" ont décidé de bannir les langues vivantes jusques aux langues mortes, en ces temps de zapping où les petites filles prépubères savent bien qu'on ne fait pas "la chose" avec les oreilles et sont incollables sur les goûts de Nabilla -, il est utile de rappeler qui est Agnès, point d'exclamation! (Je prends cette liberté de rappeler, explicitement, que la phrase précédente se termine sur un point d'exclamation, lequel n'est jamais que le pendant du fameux "point_barre" par lequel les jeunes consultants gominés ponctuent leurs gloses).

 

Agnès, donc!

 

pour obtenir la suite de la chronique, merci de prendre contact avec l'auteur par le biais de la fonction « contact »