Milo-Moire-Performance-courtesy-of-telegraph_co__uk_

Une information circule sur les réseaux sociaux selon laquelle une jeune femme d'origine suisse, Milo Moiré, présentée comme artiste et modèle, aurait manifesté, nue, devant la Cathédrale de Cologne, contre les violences qui furent faites aux femmes durant la nuit de la St-Sylvestre. La jeune femme brandissait une pancarte sur laquelle il est écrit: "Respectez-nous, nous ne sommes pas du gibier, mêmes nues". Cette action militante ne manque ni de courage ni de panache, d'autant plus que, jour après jour, le voile se déchire un peu plus sur ces événements sordides que  la presse, tétanisée par la crainte de l'amalgame, a dans un premier choisi d'ignorer. Cependant, la forme de cette action pose question. Elle est révélatrice, à plus d'un titre, à la fois de la disparition progessive de la  common decency chère à Orwell, mais aussi d'un certain angélisme occidental.

 

La pancarte porte un message d'un singulier irénisme, car la jeune femme prend la posture d'un agneau qui demande au loup, solennellement, de ne pas voir en elle ... un agneau. On entend d'ici la grande frayeur du loup et son rire sardonique. Prenons la précaution de préciser que, s'il est avéré que les agresseurs de Cologne sont pour la plupart des musulmans d'Afrique du Nord, cela ne signifie en rien que tous les musulmans d'Afrique du Nord sont des loups, mais que, parmi les musulmans d'Afrique du Nord, il y a des loups, et qu'on ne plus tout à fait passer sous silence leurs prédations. La jeune femme prend la posture de l'agneau car elle se présente, ni habillée ni armée ni menaçante, mais sous ses atours les plus innocents: nue. Or la nudité est à la fois provocante et provocatrice (sauf en des lieux convenus tels les plages naturistes, les hammams ...). Quel que soit l'alibi militant, se présenter nue devant la cathédrale de Cologne relève précisément du genre de griefs que les musulmans adressent aux occidentaux. Les musulmans risquent donc de n'y voir qu'une provocation de plus. Aussi le message de la jeune femme ne s'adresse-t-il qu'indirectement aux musulmans, mais plutôt à la société occidentale et progressiste qui considère que la paix, la galanterie et le gentlemen agreement vont de soi et que les Lumières entrent dans les esprits par le seul fait de diffuser. Le message de la jeune femme s'adresse à cinquante ans d'hédonisme occidental, pacifiste et féministe, selon lequel il est "interdit d'interdire" en toute impunité, selon lequel les "libertés" que se sont octroyées les individus ont grignoté peu à peu le fameux vivre-ensemble qui ne s'exerce au mieux qu'à la terrasse des cafés, selon lequel la permissivité est telle que l'occident reste aveugle face aux menaces qui pèsent désormais sur lui. En  revendiquant la nudité comme droit ultime, la jeune femme l'érige en valeur suprême. Elle fait du dévoilement, de l'absence de mystère et de secret, la quintessence même de l'art de vivre occidental.  

 

Est-ce ainsi que nous définirions l'Occident?

 

credit photo: whitewalls