couv_CF - verso - Copie

Trois critiques notées sur le site Babelio:

http://www.babelio.com/auteur/Roland-Goeller/405912/critiques

 

 

 

 

 

 

 

 

12 octobre 2016 Cahiers français de Roland Goeller    
Déçue parce que je n'ai pas trouvé dans ce roman ce que promet la quatrième  de couverture. L'écriture est décousue,  les événements n'apparaissent pas de manière chronologique et le style de narration ne permet pas d'attachement, ni aux personnages,  ni aux faits. Je rêvais d'un poignant récit écrit à la première  personne tel qu'il est sublimé  dans A l'Ouest Rien de Nouveau... On en est loin. Toutefois, je ne connaissais pas cet angle de la Grande Guerre quant à  la place de l'Alsace et de la Lorraine, les difficultés et les souffrances de leurs habitants tout au long de ce terrible conflit. Je suis heureuse d'en avoir donc encore appris sur cette guerre dont j'affectionne les récits.
Merci à Babelio et aux Éditions Sutton pour leur confiance.

 

08 octobre 2016 Cahiers français de Roland Goeller    
Tout d'abord merci à Babelio et aux éditions Sutton pour m'avoir permis de découvrir ce livre. C'est un roman particulièrement intéressant vu le lieu et l'époque où il se déroule : nous sommes en effet en Alsace, au début de la première guerre mondiale. Ludwig, Anton et Jakob sont trois amis qui vivent dans un petit village nommé Wasselbachstein. Ils vont vivre le début de la guerre, puis la mobilisation et enfin les combats, en tant que soldats allemands.
J'ai particulièrement aimé la description des sentiments des personnages. La victoire de la France est ressentie comme une défaite pour eux qui ont combattu du côté allemand. Ils ont l'interdiction de parler l'alsacien ou l'allemand, alors même qu'ils n'ont que quelques rudiments de français et se sentent dépouillés de leur identité. De plus, pendant la guerre, les soldats allemands se méfiaient d'eux car ils étaient alsaciens, donc pas de vrais allemands. A la fin de la guerre, ils subissent le mépris et la méfiance des soldats ou des fonctionnaires français. Bref, tout ceci est relaté avec beaucoup de réalisme et de sensibilité.
En revanche, j'ai été un peu déçue car au vu du titre, je m'attendais à lire les cahiers de Ludwig, donc plutôt un texte écrit à la première personne, et non un texte relatant ce qui avait amené Ludwig à écrire ses cahiers, ce qui apporte plus de distance à l'histoire.
Ce roman reste une lecture très agréable et particulièrement intéressante, en tout cas de mon point de vue ! Originaire de Lorraine, je me suis sentie proche des personnages et ça m'a amené à réfléchir à l'histoire de ma région. Bravo à l'auteur, Roland Goeller.

 

25 octobre 2016 Cahiers français de Roland Goeller    
Un grand merci à Babelio et aux éditions Sutton pour ce roman assez court mais très agréable à lire.
Ce livre est à la croisée entre la fiction et le témoignage historique. La petite histoire de Ludwig, soldat alsacien lors de la première guerre mondiale, et la Grande Histoire s'entrecroisent avec une fluidité étonnante.
L'auteur ne raconte pas seulement des faits et il ne fait une redite de ce qui a déjà était écrits à nombre de reprises, mais il raconte l'histoire d'un jeune homme alsacien qui s'est battu pour l'Allemagne sans en être considéré comme un membre à part entière puis qui devient français mais dénigré car s'étant battu pour "l'ennemi".
Ce paradoxe et les sentiments du personnage principal sont clairement le centre de ce récit. Mais j'ai trouvé le traitement un tout petit peu superficiel. L'auteur aurait pu creuser encore la chose et nous raconter cette histoire à la première personne. Il instaure une distance par rapport à ce récit et c'est là où le côté témoignage se perd un peu.
L'histoire se fait selon une chronologie un peu dans le désordre et même si c'est un peu déroutant à première vue, on comprend très vite que les évènements viennent comme Ludwig se les rappelle.
En ce qui concerne l'écriture, c'est très fluide même si c'est ponctué d'allemand à chaque paragraphe. Le tout est traduit ou compréhensible par quelqu'un qui ne maîtriserait pas la langue de Goethe. :) Au contraire cela nous fait prendre conscience de ce que ces gens, dont la plupart ne parlait pas un mot de français, ont vécu quand ils se sont retrouvés face à cette langue étrangère.

En résumé, j'ai bien aimé ce livre, même si on perd l'idée de témoignage par un récit à la troisième personne, contrairement à ce que nous disent le titre et le résumé. J'ai appris certaines choses sur cette période méconnue. Je recommande cette lecture à tous les curieux de l'Histoire comme je le suis :)