trou-noir

Que sait-on exactement de Dieu? Que croit-on savoir ou ignorer en ce qui le concerne? A force d'absence de preuves, les uns capitulent, ils versent dans l'athéisme et les expériences progressistes. D'autres, hélas en plus petit nombre, continuent de croire au fur et à mesure qu'ils avancent sur un chemin personnel qui échappe à tout compte-rendu rationnel,  a fortiori aux reportings statistiques. De grands mystiques tels Blaise Pascal ou Jean de la Croix évoquent une violente expérience, une transfiguration qui laisse penser à la fascination qu'exercent les trous noirs célestes. Ceux-ci sont infiniment denses. On les croit dépourvus de matière mais ils en regorgent et ils ont la propriété d'absorber toute lumière qui s'en approche. Ils sont invisibles. Leur existence n'est révélée que par les distorsions alentours. De surcroît, rien ni personne ne s'en échappe.

Et si Dieu fonctionnait à la manière d'un trou noir céleste? On peut vivre une vie entière en ignorant que la voûte céleste regorge de trous noirs. On peut vivre sans Dieu. On peut s'accommoder de vivre sans Dieu. S'en approcher, en revanche, expose à la brûlure, à la dissolution, à l'anéantissement. Par ailleurs, cette vision infirme la théorie rationnelle qui veut que la connaissance progresse à la manière d'un cone de lumière qui ne cesserait de s'élargir. Il y a un lieu dans le ciel hors de portée de notre connaissance. Dieu reste ontologiquement impénétrable à notre intellect et le mot Dieu n'est que le condensé de notre ignorance. Unbegreiflich, unbegreifbar, dirait-on en allemand!