Le Traversier 22

Dans sa livraison numéro 22, de mai 2017, la revue littéraire LE TRAVERSIER, sise à St-Germain-en-Laye, publie ma nouvelle Deux Pressions.

De passage à la Gare du Nord, le narrateur croise la route d'une femme qu'il a connue et perdue de vue. Ils disposent l'un et l'autre de quelques instants pour échanger des nouvelles et peut-être reprendre contact. "Deux pressions!" disent-ils au serveur du bistrot où ils prennent place, en souvenir d'un rituel qui leur était cher.

Dans cette nouvelle l'auteur explore les méandres d'une conversation tenue d'emprunter des chemins détournés, entre des personnages trop impliqués dans une histoire ancienne pour ne pas prendre d'infinies précautions.

 

 

Un extrait: "Antoine entre dans le kiosque presque désert. Il prend deux magazines et avance la monnaie. A peine la caissière fait-elle attention à lui, ayant à faire trente-six choses à la fois. Pas encore dehors cependant, il est saisi de stupeur. 

Stupeur n'est pas à vrai dire le terme qui convient, en dehors de la puissance du saisissement. La grande marquise de la Gare du Nord bruisse de voyageurs et de trains qui vont et viennent, et le regard a mille objets à convoiter. Mais celui d'Antoine s'arrête sur une silhouette, une seule, et la stupeur le saisit, mêlée d'impatience et d'effroi. Anna! Le prénom s'échappe de ses lèvres. Anna, sans nul doute. La silhouette se déplace de ce pas décidé qui n'appartient qu'à elle. Est-elle en train de partir? Vêtue de noir, elle ne porte qu’un bagage léger. Sa coiffure la met en valeur, un petit carré avec frange, Antoine ne l’avait pas connue ainsi. Ce détail mesure l’ampleur de l’absence. Anna cependant marche si vite qu’à chaque instant elle risque de se fondre dans la foule. S’il reste les bras croisés, il risque de la perdre de vue."