barcelone

Pour qui fait profession d'écrire, pour qui le métier d'écrire consiste à jeter de vastes cônes de lumière sur les zones d'ombre, comment ignorer désormais, dans l'exercice d'écrire, dans les thèmes qui s'imposent à la plume, ce fait tangible d'une hostilité sourde, aux étendues et profondeurs insoupçonnées, d'une fracture aussi menaçante que celles qui naissent à la jonction des plaques, et qui parfois se manifeste, érupte, en attentats sanglants à propos desquels les uns se disent , cela passera, le "vivre-ensemble" finira bien par l'emporter, tandis que les autres, alarmés telle Cassandre, constatent que le "vivre-ensemble" n'est qu'une coquille vide posée sur cette hostilité à la manière d'un leurre? Comment cette question peut-elle, désormais, ne pas être au cœur de l'exercice d'écrire, à moins que celui-ci ait cessé d'être le miroir du monde en lequel les hommes reconnaissent leur visage pour devenir un écran ou se projettent les fantasmes et les postures?
La madelaine de Proust en devient dérisoire, c'est avec la rage de Céline qu'il faut parler de ce qui advient!