18 mars 2015

"Interrogatoire", nouvelle publiée dans la revue littéraire LE TRAVERSIER

    INTERROGATOIRE fait partie des nouvelles dites de l'enfermement, où le personnage est pris au piège d'une situation qu'il ne peut résoudre.   Publiée dans le numéro 13 de  la revue littéraire LE TRAVERSIER   Lien: http://www.letraversier.fr/spip.php?article54   Extrait: " ... Peu à peu, le raffut diminua sans cesser pour autant. Alcibiade n’aurait su dire au bout de combien de temps, car il n’y avait pas d’horloge dans le bureau. Il attendait. L’inspecteur avait dit d’attendre.... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 07:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2014

« Etretat », nouvelle publiée dans la revue Harfang N°45

  "Etretat", nouvelle de Roland Goeller publiée dans le numéro 45 de la Revue HARFANG   extrait: "... Seul dans la chambre, Robert prit le temps de se dévêtir, de suspendrre le pantalon sans faux plis, de faire sa toilette et se brosser les dents. Il s'efforçait d'exécuter chaque geste comme si c'était la première fois, dans un état élevé de conscience. Peut-être voulait-il seulement combler un indéfinissable sentiment d'absurdité né de la répétition, machinale, de ces mêmes gestes durant toute une vie. Il girmaçait... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 novembre 2014

Auberge espagnole, in SHORT STORIES octobre 2O14

une autre nouvelle en publication AUBERGE ESPAGNOLE de Roland Goeller Rentrée chez elle, Alice déboutonna son manteau et parcourut la pile de courriers sur la commode. Les lampes étaient allumées mais aucun bruit n’était perceptible. Des caisses de livres et d’ustensiles encombraient le couloir, elles n’avaient pas trouvé place dans les placards. Il était 21 heures passés, la journée au bureau avait été exécrable pleine de rebondissements et la salle de séjour présentait un désordre stable. Alice avait faim. Vautré sur le canapé,... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 septembre 2014

Amalia

 une nouvelle de Roland Goeller. "Amalia tendit la main vers le paquet de cigarettes et donna un petit coup sur le fond puis songea, c’est déjà la troisième. De mauvaise grâce, elle reposa le paquet et prit un des magazines posés sur la table. Une fois par semaine, elle entrait au bureau de tabac pour en faire la provision, ses lectures d’après-midi, quand Sarah était à l’école. Elle parcourut plusieurs articles mais elle n'eut pas assez de patience pour aller au-delà du deuxième paragraphe. Le portable fit entendre les... [Lire la suite]
13 juillet 2014

LORELEI, de Heinrich Heine

Une énième traduction (libre) de ce fleuron de la poésie allemande   La Lorelei, par J M W Turner Je ne sais quel sens donner A cette profonde tristesse. Un conte des temps oubliés, Mon âme, hante sans cesse.   Le jour sombre dans la fraîcheur du soir, Les eaux du Rhin roulent, apaisées. Le sommet des collines, dans la moire, Glisse, du couchant éclairé   La plus belle des jeunes filles,  Seule, règne en ces hauts lieux. Ses atours jettent mille feux, Ses cheveux sous le peigne brillent.   ... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 novembre 2013

Ballade des 343 salauds

Le gouvernement s'apprête à examiner un projet de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution, tandis que 343  "salauds" signent un manifeste sur le site de Causeur (http://www.causeur.fr/le-manifeste-des-343-salauds,24825#) et que j'exhume cette épître "anonyme" qui n'est pas sans rappeler la "ballade des pendus" d'un certain François de Montcorbier dit Villon       Frères humains qui après nous venez, N’ayez les cœurs contre nous endurciz ! Car si, des oiseaux, le babil entendez Et, de... [Lire la suite]

11 décembre 2012

LA NUQUE

Au départ, il y a une idée, puis des personnages qui la portent à bout de bras. Peut-être même les personnages et l'idée sont-ils arrivés en même temps. Très vite cependant, l'idée se fond dans le décor tandis que les personnages imposent leurs exigences, comme des enfants mal élevés.  TOM et LEA n'ont rien d'enfants mal élévés, bien au contraire. Ils ont été si peu des enfants qu'il aurait été bien difficile de trouver une once d'émotion dans leurs vies bien réglées, tout au plus quelques impatiences. Le premier défi du roman... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 novembre 2012

LA NUQUE - extrait

Les corps se ressemblent. Chacun possède une tête, deux membres supérieurs, deux membres inférieurs, un tronc de dimensions variables… Les corps semblent issus d’une matrice unique, dont les aractéristiques auraient été modifiées d’une fois l’autre, selon un rythme et des paramètres queTOM ne comprend pas. Les corps debout, tournés vers la porte, composent un tissu charnel presque homogène. En même temps, le tissu présente des distorsions et des discontinuités. Peut-être les corps ne se... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 septembre 2011

Je est un autre ?

« Je » est-il vraiment un autre ? Oh certes, lorsque, débarrassé des égocentrismes, « je » parvient à la bonne écoute du monde, alors « je » est un autre, il est même tous les autres réunis. Flaubert « était » la Bovary. Stendhal « était » Fabrice del Dongo mais aussi la Senseverina et Clélia Conti. En « je » sont « inscrits », « présents » tous les autres, en creux, sans substance, des formes pures qui attendent que « je » leur prête... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 20:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 avril 2011

« Demain nous irons », nouvelle sélectionnée au concours CALIPSO 2007

c'est le titre d'une nouvelle (commise par votre serviteur) parue en 2007 sur le site de la très éclectique et distinguée librairie CALIPSO en voici le lien: http://newcalipso.eklablog.com/la-deuxieme-vague-8-a109108922   extrait: Mon père avait dit, demain, nous irons. C’était au cours du printemps de l’année soixante-cinq ou soixante-six. Nous étions à table en train de déjeuner. De la grande terrine en fonte s’échappait le fumet d’un lapin chasseur lequel, par morceaux entiers, faisait de grands bonds jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,