05 mai 2017

CHRISTA WOLF: Stadt der Engel oder the overcoat of Dr. Freud (Ville des Anges)

  "TOMBER DES NUES, ce fut l'expression qui me vint à l'esprit lorsque j'ai atterri à L.A.", ainsi débute le livre Ville des Anges (en allemand: Stadt der Engel oder the overcoat of Dr. Freud) paru en 2010 aux éditions Suhrkamp, Berlin, sous la plume de la romancière allemande Christa WOLF. Au fonctionnaire des douanes qui, dubitatif, examine son passeport, elle répond: "Yes, East Germany!" Nous sommes au début des années 90, le Mur de Berlin est tombé, l'ancienne RDA d'où la romancière est originaire est réunie à l'autre... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 septembre 2016

Javier MARIAS, Comme nos amours (Los enamoramientos), roman, 2011

Sans doute la narratrice, Maria Dolz, éditrice madrilène, s'ennuie-t-elle pour prêter attention à ce couple qu'elle rencontre chaque matin, dans un café, couple dont le bonheur et l'harmonie apparents l'irradient. Beaucoup de (bons) romans partagent avec les béguins (los enamoramientos) le fait de survenir à la sortie des territoires incertains de l'ennui. Au retour des vacances cependant, le couple ne vient plus et Maria apprend par la presse que le mari, Miguel Devern, a été assassiné dans des circonstances confuses par un... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 mai 2016

Sylvie Dubin, Vent de Boulet, Paul&Mike-éditions

Le titre de ce (magnifique) recueil de nouvelles (récits?) est à prendre au premier degré: les boulets dont il est question furent tirés au début du siècle précédant et leur souffle continue de hanter les descendants de ceux qui furent meurtris, fauchés ou décapités. Il faut beaucoup de tact et de retenue pour évoquer, à un siècle de distance, les événements tragiques de la guerre de 14. Sylvie Dubin ne triche pas: la guerre hante la mémoire des familles et elle se nourrit exclusivement de réminiscences et d'indices. Elle ouvre un... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 janvier 2016

Ron Rash - Burning Bright (Incandescences) - nouvelles -2010

      Les temps difficiles: "En sortant du poulailler, il vit les Hartley descendre le sentier de débardage. (...)Hartley portait quatre ballots de toile de jute bourrés de galax. Sa femme deux, et l'enfant un. Avec leurs vêtement en loques pendant sur leurs corps efflanqués, on aurait cru des épouvantails en route pour un nouveau champ de maïs, tirant leurs biens derrière eux." Après la crise de 29, Jacob et sa femme survivent dans une petite exploitation agricole. Ils constatent la disparition d'oeufs dans le... [Lire la suite]
27 décembre 2015

Andrés Barba - oeuvre romanesque

        Né à Madrid en 1975, Andrés Barba est diplômé de lettres espagnoles. Il a enseigné au Bowdoin College (Etats-Unis), ainsi qu'à l'université de Madrid. Ses livres sont traduits de l'espagnol par François Gaudry et disponibles aux éditions Christian Bourgois.     Et maintenant dansez ! " Elle avait d'abord prononcé son prénom de façon différente, puis il y avait eu ce ton qui paraissait venir de très loin, de l'enfance peut-être, parce qu'il avait - comme dans l'enfance - un accent... [Lire la suite]
18 juin 2015

Trois chants funèbres pour le Kosovo, d'Ismaïl Kadaré

  traduit de l'abanais par Jusuf Vrioni gravure représentant la bataille de Kosovo-Polje (1389)   Pourquoi faut-il lire et relire les Trois Chants Funèbres, petit livre paru en 1998 sous la plume de l'albanais Ismaïl Kadaré ? Sans doute avons-nous en mains une œuvre romanesque tissée autour d'une fresque historique majeure. Sans doute cette fresque prend-elle tour à tour les apparences de l'épopée, du récit picaresque et de l'élégie. Sans doute, en invoquant des événements (tragiques) survenus il y a six... [Lire la suite]

03 mai 2015

L'improbable innocence d'Agnès, dans "l'école des femmes", de Molière

  Pourquoi nous intéresser au personnage d'Agnès et, selon nous, à son improbable innocence ? Et tout d'abord qui est Agnès? Que les lecteurs lettrés me pardonnent ce billet qui ne sera pas sans leur rappeler leurs années de lycée, au cours desquelles un jeune agrégé leur aura transmis cette maladie virale qu'est la littérature, mais - en ces temps actuels d'égalité performante où, dans le but avoué de ne pas "stigmatiser", les descendants des "Lumières" ont décidé de bannir les langues vivantes jusques aux langues mortes, en... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mars 2015

Richard Brautigan, Mémoires sauvés du vent

  Richard Brautigan est cet auteur américain de la génération des Henry Miller ou encore Jim Harrison, connu pour des livres qui sont à la littérature ordinaire ce que les météorites sont aux vulgaires cailloux. "Un privé à Babylone" ou encore "Sucre de pastèque - La pêche à la truite en Amérique" ont imposé cet écrivain né à Tacoma en 1935, dans l'état de Washington. Une oeuvre éclectique, faite de petits riens recensés, selon ses critiques, avec une minutie d'orfèvre, avec un art de la briéveté élaboré au cours de ses longs... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 janvier 2015

Exécution du roi Louis XVI

Le 21 janvier 1793, à la suite d'un procès à charge suivi de condamnation à mort,  le roi Louis XVI fut exécuté par décolation à la guillotine, à Paris, Place de la République devenue Place de la Concorde. Il a laissé un testament dont voici le texte intégral:       Au nom de la tres Sainte Trinité du Pere du fils et du St Esprit. Aujourd’hui vingt cinquieme jour de Decembre, mil sept cent quatre vingt douze. Moi Louis XVIe du nom Roy de France, etant depuis plus de quatres mois enfermé avec ma famille... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 09:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
19 novembre 2014

L'effroyable lenteur de MELANCHOLIA

  Trop sphérique pour n’être qu’un astéroïde, la planète Mélancholia entre dans le système solaire, et elle est déjà si proche que les invités au mariage de Justine (Kirsten Dunst) et Michael (Alexander Skarsgaard) la voient occulter Antarès, l’étoile rouge du Scorpion. Les plans et prises de vues sont d’une lenteur solennelle et majestueuse, à peine perçoit-on le lointain grondement d’une planète grosse comme trois Terres, et quoique les mesures déchirantes de Tristan et Iseult - l'opéra de Richard Wagner - invitent le... [Lire la suite]