06 janvier 2013

Mo Yan ou Cervantès en Chine

A propos du livre : « la carte au trésor » Prix Nobel de littérature 2012   Dans une ville chinoise non nommée, mais que l’on devine gigantesque et pourvue de tous les attributs de n’importe quelle ville moderne au monde, le narrateur croise la route d’un ami d’enfance, son « vieux pote ». Pour des raisons restées obscures, celui-ci décide de quitter sa province natale et de retrouver le narrateur, dont in fine on sait peu de choses, sauf qu’il a toutes les apparences d’un cadre moyen et qu’il dispose... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 novembre 2012

De l'huile sur le feu

ce billet est une nouvelle version, que j'ai voulue plus aboutie, du billet "déni et boucs-émissaires, deux façons d'échapper à ses responsabilités". Dans le numéro 808 de Marianne (13 oct 2012) Emmanuel Todd signe un « premier bilan de François Hollande » dans lequel il prédit que dans 5 ans l’actuel président sera un géant ou un nain.   La formule fait mouche et aiguise la curiosité. Les cotes de popularité du président et du premier ministre sont si dangereusement basses qu’on ne peut manquer de prêter oreille... [Lire la suite]
01 septembre 2012

De beaux lendemains, de Russell Banks (roman)

Ce roman terriblement dense de l'américain Russell Banks fonctionne comme une pièce de théâtre en cinq actes. Unité de lieu, unité de temps, unité d’action. Cinq actes, quatre personnages, un drame. Dans le nord de l’état de New-York, par un petit matin glacé et neigeux, un bus de ramassage scolaire sort de la route et provoque la mort de 14 enfants. La bourgade est sous le choc. Ses membres oscillent entre la révolte et l’incompréhension. Dolorès Driscoll, la conductrice du bus, Billy Ansel, le père de deux enfants tués et seul... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 mars 2012

Roman de gare, de Maja Brick, aux éditions SILOË

Artiste-peintre, le narrateur voyage à travers l’Europe de la fin du XIXème siècle et celle du début du XXème, mais peut-être pour nous dire quelque chose à propos de l’Europe à venir. Le narrateur voyage à bords des trains, les uns, de banlieue, les autres, mythiques, l’Orient-Express, le Simplon Express, des trains dont les compartiments, poignées et mains-courantes  en laiton, chromes et panneaux de palissandre délimitaient un univers en mouvement que l’auteur se réjouit d’évoquer. En ce sens, « Roman de gare » n’est... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
15 février 2012

L’amant de lady Chatterley (D.H. Lawrence)

Un parfum de scandale enveloppa la parution de « Chatterley ». Ce même parfum en assura la diffusion urbi et orbi, et notre génération (la génération née après la guerre, nourrie aux pollens méphitiques de Mai 68 et de Woodstock) considéra « Chatterley » comme un chef d’œuvre à porter d’emblée et sans discussions au pinacle. En reniant, pour céder à une amoureuse initiation avec un garde-forestier (un homme du peuple), en reniant ses devoirs de jeune fille fraîchement entrée dans l’aristocratie anglaise... [Lire la suite]
03 novembre 2011

« Sur le concept du visage du fils de Dieu. »

C’est le titre d’une pièce de théâtre qui se donne à Paris depuis quelques semaines, au théâtre de la ville de Paris plus précisément. Je ne l’ai pas vue mais il en fut (est) beaucoup question dans la presse, non pas pour ses supposées qualités esthétiques, mais pour l’atmosphère de scandale qui l’entoure. En effet depuis le début des représentations, des groupes (sic) viennent en perturber le cours, soit à l’extérieur en contrariant l’entrée des spectateurs, soit dans la salle même en interrompant le spectacle avec force... [Lire la suite]

23 octobre 2011

Jane Austen : Orgueil et préjugés

Il y a déjà du Flaubert dans ce livre. Du Proust aussi. Il y a du Flaubert mais plus que cela. Flaubert disait être « la Bovary », il souffrait comme elle, prétendait-il, mais en réalité pas vraiment, il feignait de souffrir comme la Bovary. Jane Austen n’est pas non plus Lizza Bennet et pourtant elle l’est plus que Flaubert la Bovary. Je ne crois pas que Flaubert ait aimé une femme comme ce Charles dont il fit l’époux d’Emma, mais je crois sans peine que Jane Austen a aimé un homme à la manière dont Lizza aima Darcy,... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 septembre 2011

Bret Easton Ellis : Moins que zéro

«  … ils se retournaient pour lever les yeux de l’écran monolithique sur lequel on balançait des images. Certains prononçaient les paroles des chansons en cours. Mais je me concentrais sur ceux qui ne prononçaient pas les paroles ; sur ceux qui les avaient peut-être oubliées ; sur ceux qui ne les avaient peut-être jamais sues » « Les gens ont peur de se perdre sur les autoroutes de L.A. C’est la première chose que j’entends quand je suis en ville. Blair vient me chercher à l’aéroport de L.A. et marmonne ça... [Lire la suite]
31 août 2011

Joyce Carol Oates : Les Chutes

  Au lendemain de sa nuit de noces, le révérend Erskine se jette dans les eaux tumultueuses des Horseshoefalls (l’une des Chutes du Niagara lesquelles, prévient Mme Oates, exercent sur l’esprit une sorte de fascination qualifiée d’hydracropsychique). Pendant sept jours et sept nuits, sa jeune veuve, Ariah, erre à la recherche du corps, avec l’aide d’un jeune et brillant avocat, Dirk Burnaby, lequel finit par succomber à la fascination de « la femme blanche et rousse ». Ariah fuira-t-elle ces lieux témoins de son... [Lire la suite]
30 août 2011

« Miette », de Pierre Bergougnoux

A la télévision, cela aurait donné une succession de plans larges et de plans rapprochés, des transitions lentes, d’une part le haut plateau limousin dans son manteau de résineux, d’autre part le visage d’hommes et de femmes, sévères, burinés, fermés, en lutte avec la matière qui résiste et qui à chacun impose sa loi …, et sans l’émotion des commentaires pour réguler les vannes de l’émotion ! Chez Pierre Bergougnoux le même monde est regardé avec des yeux de troubadours, il y a de l’Homère dans ce long récit riche, qui élève les... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,