27 décembre 2015

Andrés Barba - oeuvre romanesque

        Né à Madrid en 1975, Andrés Barba est diplômé de lettres espagnoles. Il a enseigné au Bowdoin College (Etats-Unis), ainsi qu'à l'université de Madrid. Ses livres sont traduits de l'espagnol par François Gaudry et disponibles aux éditions Christian Bourgois.     Et maintenant dansez ! " Elle avait d'abord prononcé son prénom de façon différente, puis il y avait eu ce ton qui paraissait venir de très loin, de l'enfance peut-être, parce qu'il avait - comme dans l'enfance - un accent... [Lire la suite]

04 juillet 2011

Culture et compétence en version française.

En France, les gens compétents sont majoritairement à droite tandis que les gens cultivés sont majoritairement à gauche. La compétence, c’est cette disposition d’esprit qui permet de gagner de l’argent, selon l’expression d’Alberto Moravia. La culture serait alors celle qui en éclaire la dépense, l’usage, l’affectation. «Pour gagner de l’argent il faut une compétence, pour le dépenser il faut une culture», affirme l’écrivain italien. Gagner de l’argent suppose des dispositions pour organiser la production, le commerce, la fiscalité... [Lire la suite]
02 mai 2011

L’homme qui regarde, d’Alberto Moravia

    (extraits chapitre 8) Tel est donc le souvenir qui me revient soudain, nettement, parfaitement organisé, avec toutes ses couleurs et tous ses mouvements, tandis que je regarde mon père qui dort. Alors, avec la sensation de faire une importante découverte, je me rappelle tout à coup qu’il y a quelques jours Sylvia, au restaurant chinois, pour justifier son «béguin» a dit d’elle-même que ce n’était pas une Vierge, comme je m’obstinais à la considérer, mais une salope. Or le mot «salope« est exactement celui que ma père,... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mars 2011

Alberto Moravia – L’ennui

« Donc, aussi loin que ma mémoire remonte au long des années, je me rappelle avoir toujours souffert de l’ennui. Mais il faut s’entendre sur ce terme. Pour beaucoup de gens, l’ennui est le contraire de l’amusement et l’amusement est distraction, oubli. Mais pour moi, l’ennui n’est pas le contraire du divertissement; je pourrais même dire que sous certains aspects il ressemble au divertissement en ce qu’il provoque justement distraction et oubli, d’un genre évidemment très particulier. L’ennui pour moi est véritablement une sorte... [Lire la suite]
21 septembre 2010

Le mépris - Alberto Moravia

De quoi est-il question dans Le mépris ? De la soudaine distance, teintée de mépris, qu’Emilia témoigne à son mari Riccardo après deux années d'un mariage donné comme heureux. Pour être précis, Le mépris évoque les tentatives, vaines, faites par le narrateur Riccardo pour comprendre et conjurer la soudaine distance que lui témoigne sa femme Emilia. Des pensées d’Emilia et de celles des autres protagonistes, nous ne savons rien sauf ce qu'en suppose le narrateur. Car le roman prend la forme d'une longue confession au cours de... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 21:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 octobre 2009

Compétence(s) et culture

A vrai dire, il conviendrait d’écrire « compétences », tellement il nous semble évident qu’une compétence ne saurait être isolée. Pour faire ceci ou cela, des compétences sont nécessaires, plus grand sera leur nombre, mieux cela vaudra. A l’inverse, accrocher un « s » à « culture » relève presque de la duplicité.  Car un individu est riche de SES compétences et de SA culture. La culture a ceci de particulier qu’elle procède par symbiose et osmose. Je me nourris de la culture des autres mais ce que j’en absorbe diffuse en moi et... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,