11 novembre 2016

Après une lecture de Paul Valéry

Défaite de l'excellence, progression de l'entropie Je termine la lecture des Carnets II et, en deça des hommages subtils adressés à Stendhal, Baudelaire, Verlaine ou Mallarmé, quelqu'intuition m'interpelle. Paul Valéry a écrit ces Carnets dans la secrète intuition de leur intérêt, assuré qu'il ne manquera pas de lecteurs, jeunes agrégés, poètes en herbe ou dilettantes éclairés, pour en dévorer les trop rares pages. Paul Valéry vécut à une époque où tout jeune homme d'un peu de goût et de discernement se découvrait devant Victor... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 décembre 2011

Fondements de l’action politique en France … et ailleurs aussi sans doute

A supposer que des touristes persans (cf Montesquieu) revenaient visiter notre beau pays pour en étudier ses mœurs actuelles, ils ne manqueraient pas d’être interpellés par les multiples affrontements que propose le débat politique français. Leur surprise ne tiendrait pas tant à la qualité des arguments échangés qu’à la violence voire la virulence qui caractérisent ces échanges. Soucieux de comprendre, ils tenteraient sans doute de questionner quelques tenants de chaque camp. Par exemple, quant aux manières d’administrer les dépenses... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 09:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 décembre 2011

La France ou l’impossible débat

Une nouvelle élection présidentielle se présente à l’horizon de quelques mois et le pays est dans l’effervescence qui précède l’ébullition. Le pays a raison : l’élection présidentielle est LE rendez-vous politique français par excellence, le rendez-vous des français avec leur destin. Tous les cinq ans (une période courte à vrai dire, si l’on considère tous les enjeux), les cartes sont ramassées, rebattues, distribuées. Au cours des élections présidentielles (et des législatives lesquelles en général entérinent le suffrage... [Lire la suite]
24 novembre 2011

De la vertu en démocratie

  Montesquieu: « Il ne faut pas beaucoup de probité pour qu’un gouvernement monarchique ou despotique se maintienne ou se soutienne. La force des lois dans l’un, le bras du prince toujours levé dans l’autre, règlent ou contiennent tout. Mais dans un état populaire, il faut un ressort de plus, qui est la vertu » Quel lien établir entre Montesquieu et George Orwell ? Pour les formes de gouvernement qui ne sont ni monarchiques ni despotiques ni théocratiques, l’un et l’autre en appellent à une nécessité que le... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,