20 juillet 2018

Rendre l'âme !

Encore un abus de langage ! Rendre quelque chose, c'est supposer que cette chose nous appartienne et que nous mettons un terme à sa possession. Mais possédons-nous une âme ? Ou plutôt, sommes-nous propriétaires de cette âme que nous prétendons posséder ? Cette question bien sûr ne s'adresse ni à Faust ni aux démons. Possèdons-nous notre âme ou l'âme nous possède-t-elle ? Ainsi formulées, ces questions semblent insolubles, à moins qu'elles ne soient toutes les deux admissibles. Reste à définir ce qu'on entend par nous, ou je, ou moi.... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 09:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2018

Croire

Croire ! Accorder crédit, tenir pour vrai, pour recevable, une proposition impossible à vérifier. Un homme dit à un aveugle que la maison où il habite est peinte en rouge. L'aveugle le croit sur parole, peut-être parce que l'homme a parlé avec conviction ou parce que l'homme a prétendu, auparavant, d'autres choses qui se sont avérées. L'aveugle croit même sans savoir ce qu'est la couleur rouge. Quelqu'un me dit, demain il fera jour. Je le crois sans chercher à mettre sa parole en doute, même si, à l'instant de l'énoncé, il m'est... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juillet 2018

Raconte !

Raconte, dit la mère à son fils, la soeur à son frère, la femme à son mari. Souvent, il n'y a rien à raconter, ou peu de choses, les mots font défaut ou semblent insipides. Le fils, le frère ou le mari ont pétri tout le matin la pâte destinée au pain, ont vidé les bennes à ordures dans le camion, ont pris connaissance des mails tombés dans la nuit, ont préparé des éléments de langage pour un discours tiré au cordeau. Qu'auraient-ils à en raconter qu'ils n'aient déjà raconté ? Il y a une grande inertie dans les événements, une inertie... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 octobre 2017

AIlleurs

  Nous nous habituons. Je suis ailleurs. Tu es ailleurs. Il est ailleurs. Les gens sont ailleurs. Les gens disent, je suis ailleurs. Les personnes à leurs côtés leur parlent, ils n'entendent pas, qu'est-ce que tu dis, ils sont penchés sur leur smartphone et saisissent des bouts de phrase qui n'en ont pas l'air. Du sabir condensé. Je suis ailleurs. Comment peut-on être ailleurs? Comment diable? Il y a de l'implicite dans le fait d'être. Quand on est, on est ici, ou on n'est pas. On ne peut pas être à la fois ici et ailleurs,... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 10:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 décembre 2016

Les personnages et leur auteur

En littérature romanesque, l'auteur est le personnage le plus difficile à construire. L'auteur pourtant n'apparaît pas dans la chose écrite, ou alors en creux. De sa plume sortent les autres personnages, ceux dont le récit est l'objet, mais l'auteur porte en lui un autre récit, celui du démiurge, celui du pourquoi des personnages, pourquoi ces personnages-là, pourquoi ces histoires-là. Parfois l'auteur livre des bribes de ce récit, lorsqu'il est en dédicace ou en conférence ... Les lecteurs veulent toujours savoir plus que ce qui... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 décembre 2016

Le lieu et l'instant

    Les mots ne se hâtent pas. Les mots aiment la lenteur mais les événements s'accumulent sans que les mots ne parviennent à les écoper. Par l'effet d'une sorte de pesanteur, ils se déposent en un nuage épais dont nait une impression d'inaccompli. Les événement attendent de filtrer à travers l'esprit et de déposer leur gangue, de même que les filons de métal précieux livrent des blocs grossiers d'où il faut extraire l'or. Les pépites sont toujours données mélangées à la verroterie. Les événements se déversent sans... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2015

Enchevêtrement

  Est-il possible qu'un aussi vaste ouvrage fut installé en une nuit? Le matin, lorsque nous sortîmes, les yeux à peine descillés, au début d'une journée que nous crûmes semblables à toutes les autres, attendus dans nos quadrilatères paysagers qu'une climatisation parfois chuintante balayait de ses courants d'air polaires, nous levâmes nos têtes mises en alerte par l'absence de ciel. Il n'est pas certain du reste que le ciel nous ait été enlevé mais il le fut à notre vue. Nos regards incrédules rebondissaient d'arête en arête,... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 juin 2015

Déracinement

  Dimanche dernier, avant les heures chaudes de la journée, j'ai procédé au déracinement d'un arbre. C'était un figuier dont il ne restait que la souche. Le feuillage, les branches et le tronc, je les avais coupés l'an passé. Le figuier ne donnait pas de fruit. Les figues poussaient à la racine des pédoncules puis séchaient à mesure qu'elles grossissaient. Peut-être l'arbre ne se plaisait-il pas là où je l'avais mis en terre. Il est inutile de garder les arbres qui ne donnent pas de fruits, quoique pendant longtemps j'ai... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 novembre 2014

La substance des livres

La littérature est à l'agonie. Le monde du livre se porte bien mais, sur les étals des libraires, les livres de littérature de plus en plus cèdent la place aux ouvrages d'experts et de sociologues, gens qui prétendent nous exliquer ce qu'ils pensent que nous ignorons, des modes d'emplois, des faits divers, des préceptes vaguement moraux, des rumeurs et des secrets d'alcôve, ou encore des livres d'images d'endroits féériques sans la visite desquels nous mourrions idiots. Nos contemporains lisent beaucoup mais de moins en moins de... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 novembre 2014

Pomme fripée

La pomme se cachait entre les petits pots de grès où je repique des boutures que parfois j'oublie d'arroser. Elle apparait derrière les récipients de métal remplis de grains de café. J'y plante, tête en bas, des stylos et des crayons dont le maniement libère des arômea. Depuis combien de temps la pomme est-elle là, à moitié dissimulée sous une pile de dossiers qui penchent? Et quel chemin a-t-elle parcouru, depuis l'arbre d'où elle est tombée jusque sur mon bureau, en passant par l'entrepôt d'un grossiste, l'étal d'un... [Lire la suite]
Posté par acontrecourant à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :